AMU en Mode Formation

19/10/2016


Roland Kazan © Anne Loubet

Après avoir initié en partenariat avec La Maison Méditerranéenne des Métiers de la Mode (MMMM), la licence professionnelle de Mode et le Master 1&2 des Métiers de la Mode et du Textile, Aix-Marseille Université (AMU), développe son offre de formation continue courte, en phase avec les réalités économiques du territoire. Un développement stratégique, rappelons qu’AMU a atteint 13 millions d'euros de chiffre d'affaires en formation continue et a dépassé ses objectifs de 20% l’année dernière. Une réussite mise en lumière par Roland Kazan, Directeur des Etudes du Master 1&2.

Aujourd’hui, pourquoi la formation continue est-elle une de vos priorités ?

C’est une réflexion et une volonté d’anticipation menées avec la Maison Méditerranéenne des Métiers de la Mode (MMMM) qui nous accueille sur son site, rue Fauchier. Cette proximité favorise l’ancrage professionnel des stagiaires et la mise en réseau avec l’écosystème mode. Il faut rappeler que Marseille renforce chaque année son image de ville créative et impliquée qui s’incarne en un creuset prolixe grâce à des événements comme Itinéraire Mode ou OPENMYMED.

D’ores et déjà, la formation continue représente 30% de nos effectifs sur les promotions du Master de 24 étudiants. Les stagiaires possèdent des profils divers. Beaucoup viennent du monde économique, du marketing, de la mode ou du stylisme et souhaitent renforcer et approfondir leurs compétences tout au long de leur parcours professionnel.

Quelles sont vos prochaines créations de formation en 2017 ?

Nous souhaitons, cette année, aller plus loin et mettre en place des formations courtes non diplômantes. D’une durée entre 7 et 70 heures, ces sessions spécifiques et pointues interviennent dans des secteurs comme la logistique ou la Programmation Assistée par Ordinateur (PAO). Un domaine qui nécessite une expertise spécifique pour les entreprises qui souhaitent mieux maîtriser les outils du web. L’université possède des équipements performants et des formateurs experts dans leur secteur. Il s’agit d’optimiser ces atouts et de les mettre en place à court terme d’ici le début de l’année 2017.

Comment expliquez-vous le succès des formations aux métiers de la mode ?

Après la création d’une licence professionnelle de Mode il y a une dizaine d’année, le Master 1&2 créé par Aix Marseille Université (AMU) au sein de la Maison Méditerranéenne des Métiers de la Mode, (MMMM) rencontre un grand succès.  Il forme aux métiers connexes à la création et au stylisme à un niveau Bac + 4 et 5. Il répond à l’identification des besoins économiques des entreprises internationales. La filière mode et textile génère 1 million d’emplois à l’échelle de l’hexagone. Le secteur a longtemps été ignoré en raison du nombre important d’écoles privées présentes sur le secteur. Mais l’université doit être concernée par ce milieu d’autant qu’elle favorise les liens avec la recherche et l’innovation. Les étudiants ont accès à des laboratoires prestigieux tels que le Crêt-log, spécialisé dans la recherche logistique, l'Institut des Sciences du Mouvement ou encore le Centre Interdisciplinaire des Nanosciences de Marseillequi s’intéresse aux nanotechnologies utilisées dans le textile. Ce master s’avère être une vitrine de nos talents à l’international. 30 % de nos étudiants viennent de l’étranger. Avec 3 mots clés « master, mode et université » il est facile d’arriver en quelques clics sur notre site.

Quelles sont les perspectives d’emplois offertes par ces formations ?

Si la licence professionnelle répondait aux besoins d’emplois du retail et de la gestion de boutique, le master 1&2 forme en deux ans à un stade supérieur et à des métiers différents, ceux du supply chain, du marketing digital, de la communication, des achats ainsi qu’au merchandising. Sur les 4 promotions  d’étudiants sortis du master depuis 5 ans, les résultats sont édifiants : 50 % des étudiants ont une offre d’emploi en CDD ou en CDI avant même leur sortie de stage. 3 mois plus tard, ils ont tous un emploi.

Article écrit par Fabienne Berthet

Roland Kazan © Anne Loubet

Associés à cet article