M Major, La trajectoire mode de Marie-Agnès Albertini

21/07/2016


Les Midinettes (1) © Charlotte Lapalus

Diplômée en stylisme-modélisme de l’école IICC en 2006, Marie-Agnès Albertini se forme chez Pako Litto dans le Sud de la France puis à Paris au sein du studio Stella Cadente. Elle fonde sa marque Les Midinettes en 2011, aux codes inspirés d’un personnage qu’elle dessine depuis son enfance. Un univers mutin, féérique et coloré, des collections aux inspirations rétro et une trajectoire mode qu’elle partage ici.

Mode et Méditerranée : Comment définiriez-vous votre empreinte méditerranéenne ?

Mon empreinte méditerranéenne se définit surtout dans le fait que tout est fabriqué à Marseille : du choix des tissus à la fabrication dans mon atelier ou ceux avec lesquels je travaille. Je trouve cela plus rassurant et attachant d'être près de ma chaîne de production et que le produit ait une réelle trace phocéenne. 

Que vous apporte le M Major?

Avoir gagné ce concours m'a beaucoup aidé au niveau des supports visuels. En effet, c'est un domaine dans lequel il me manque les fonds nécessaires pour avoir des résultats satisfaisant et la MMMM m'a donné accès à des shootings de qualité notamment pour les preview de l'A/H 16-17 ainsi que pour les parutions dans la presse écrite, ce qui est une aubaine inespérée. 

Quelle est votre pièce phare ?

Ma première pièce phare est le jupon patineuse de ma collection A/H 13-14 baptisé : "retrovisor" et il a perduré au long des saisons suivantes. Il reprend la silhouette du petit personnage illustré qui est à l'origine de la marque. Depuis deux saisons maintenant, c'est la robe tablier qui a pris la place de "modèle phare" que je décline en combinaison pantalons pour mes modèles mariés.

Le digital a-t-il changé votre rapport à la mode ?

Le digital a changé bien évidemment ma vision de la mode, c'est mon plus important support de communication. 

Les Midinettes (1) © Charlotte Lapalus

Associés à cet article