M Major, la trajectoire mode de Charlotte Bevilacqua

14/07/2016


© Charlotte Lapalus

Cozete était une évidence pour sa créatrice Charlotte Bevilacqua qui a toujours rêvé de créer sa marque. Après des expériences enrichissantes chez Sessùn et American Vintage, Cozete est née. Inspirée du way of life marseillais, Charlotte Bevilacqua décline des silhouettes ultra-féminines, mutines et surtout évolutives pour femmes actives en perpétuel mouvement, une trajectoire mode dynamique qu’elle partage ici.

Mode et Méditerranée : Comment définiriez-vous votre empreinte méditerranéenne ? 

Cozete est marseillaise. Marseille, ma ville, sa lumière, ses mouvements, reste ma première source d'inspiration. Il existe une vraie mode marseillaise à la fois désinvolte et coquette. C'est ce que j'essaie de retranscrire dans mes collections, des tenues faciles à porter, toujours en mouvement, avec des détails très féminins. Je travaille par exemple beaucoup les dos nus. Mes vêtements doivent suivre le rythme de la ville et de ses habitantes. Une robe s'enfile le matin pour aller travailler, s'habille le soir pour retrouver des amis et accompagne une journée à la plage le week-end venu.   

Que vous apporte le M Major?

Au-delà du soutien technique, via les formations et accompagnements dispensés par la MMMM et de la visibilité offerte, il nous permet d'exister au sein d'un collectif. En tant que créateur, j'exerce un métier assez solitaire aussi bien dans le processus de création que dans la production et la distribution de mes collections. Grâce à la MMMM j'ai un vrai sentiment d'appartenance, mais aussi de reconnaissance, notamment en tant que lauréate M Major 2016. Plus globalement, il offre une vraie visibilité à la création marseillaise. Loin des clichés, il apporte une légitimité aux marques méditerranéennes. Marseille, nouvelle capitale de la mode, j'y crois et c'est grâce à la MMMM et nos ambitions que nous y arriverons.  

Quelle est votre pièce phare ? 

La robe Emmanuelle, elle est l'esprit de Cozete. Légère et fluide, elle suit les mouvements de celle qu'elle habille. Elle se porte de jour comme de nuit, pour une balade estivale comme pour une soirée plus habillée. Glissée dans un short ou un jean, elle se transforme en top. Une robe aux multiples possibilités et ultra féminine grâce à son dos nu froncé qui marque la cambrure du dos. D'une année sur l'autre, elle est déclinée avec les imprimés Cozete que je développe en interne. 

Le digital a-t-il changé votre rapport à la mode ?

Depuis janvier 2016, nous avons choisi de ne plus être distribué en magasins multi-marques. Vous trouvez désormais Cozete uniquement  dans notre boutique 116 rue Sainte 13007 Marseille et sur notre e-shop (www.cozete.com). Un choix risqué, qui a été difficile à prendre mais que nous ne regrettons pas aujourd'hui. En favorisant la vente directe et en développant nos réseaux sociaux, nous nous sommes rapprochés de nos clientes. Le digital nous a permis de créer plus de proximité mais également d'être plus réactifs, créatifs et présents au quotidien.  On s'amuse plus et on fait vivre nos collections tout au long de la saison. C'est également un excellent moyen de tester des choses nouvelles, de faire des rencontres, d'échanger avec nos clientes.

© Charlotte Lapalus

Associés à cet article