Soldes flottants : naufrage officiel d’un dispositif controversé

26/06/2014


Voulus par Nicolas Sarkozy dans le cadre de la Loi de Modernisation de l’Economie (LME), ces « soldes libres » avaient été mis en place en janvier 2009. Celle-ci permettait aux enseignes de disposer à leur convenance de deux semaines supplémentaires de soldes par an. L’objectif était de permettre aux marques d’écouler leurs stocks, et de renforcer le pouvoir d’achat. Mais, dès 2010, leur dénonciation par les professionnels du commerce poussait Bercy à créer une commission spéciale. Le début de longues années de débat, enquête et vœux pieux sur le sujet.

« Si les intentions étaient louables, le bilan est nettement décevant », pour la Fédération du Commerce Associé (FCA). « Tout au long de l'année les opérations promotionnelles se multiplient, et les soldes saisonniers, soldes fixes par excellence qui devraient constituer des événements exceptionnels et festifs, perdent de leur impact ». Cette remarque est confirmée par la Fédération français du Prêt-à-Porter Féminin (FPAPF), qui indiquait en février que 70 % des clientes considèrent désormais que « les prix de l’habillement ne veulent plus rien dire ». En 2013, la part des prix barrés dans les achats a fluctué mensuellement de 21 à 67,5 %.
Nombre de fédérations de professionnels du secteur réclament aujourd’hui la table-ronde annoncée par l’ancienne ministre du Commerce, Sylvia Pinel, avant le remaniement.

Source : http://fr.fashionmag.com/